Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

© Copyright 2009-2015. HAPPYneuron. Tous droits réservés. Dernière mise à jour du contenu de cette page : 03/06/2014

La mémoire

Le rôle de la mémoire

Rôle et types de mémoire

La mémoire joue un rôle dans toutes nos activités. Elle est essentielle à la création et au développement de notre personnalité. Elle est le témoin direct de notre passé (mémoire épisodique) et aussi des connaissances générales et de l'histoire (mémoire sémantique). Elle est donc à ce titre une des fonctions cognitives les plus cruciales dans la vie d'une personne.

Nous avons toujours tendance à considérer la mémoire comme un tout, en disant par exemple que nous avons une bonne ou une mauvaise mémoire. Mais se rappeller de ce qu'on a mangé la veille au déjeuner est très différent de se rappeller que Paris est la capitale de la France. Le type d'information à mémoriser ou à retrouver conditionne l'implication cérébrale.

Ainsi, il n'existe pas vraiment de zone du cerveau qui puisse être identifiée comme étant l'endroit de stockage des informations. Lorsqu'une connexion neuronale survient, cela se fait grâce à l'activation simultanée de neurones à divers endroits du cerveau et cela varie également en fonction de l'information à mémoriser.

Les principales sortes de mémoire

Traditionnellement, on segmente la mémoire selon la durée de mémorisation de l'information

  • La mémoire sensorielle est la plus courte. Elle enregistre, le temps de quelques millisecondes, toutes les informations reçues (c'est elle qui est à l'oeuvre dans la persistance visuelle par exemple).
  • La mémoire à court terme prend ensuite le relais et retient l'information un peu plus longtemps (à peu près une minute). Ce type de mémoire permet par exemple de mémoriser un numéro de téléphone juste le temps de le composer ou de l''écrire. Elle est également nécessaire à la lecture et aide à retenir de façon momentanée l'information que contient une phrase qu'on vient de lire afin de pouvoir la relier de manière logique à la phrase d'après. La mémoire à court-terme est remplacé après un court laps de temps par la mémoire de travail.
  • La mémoire de travail peut être vue comme «l'administrateur central» qui gère plusieurs mécanismes cognitifs requis pour gérer mentalement l'information. C'est exactement la même chose qui se produit lorsque la part active de la mémoire à long terme intervient dans la gestion d'une information.
  • La mémoire à long terme intervient lorsque l'on souhaite mémoriser une information sur une plus longue période, ou lorsque l'on cherche à retrouver une information du passé. Cette mémoire a une capacité illimitée tant en termes de volume que de durée de conservation de l'information. Elle contient toute les connaissances durables. Il existe plusieurs sortes d'informations stockées.

    Sous-catégories de mémoire à long terme :
    • La mémoire épisodique : se rappeller de ce qu'on a fait la veille, le rendez-vous chez le dentiste ou l'anniversaire d'un ami sont des souvenirs personnels et autobiographiques pour lesquels le contexte de mémorisation est extrêmement important.
    • La mémoire sémantique : dans le même temps, la connaissance des règles de grammaire, le nom des capitales des pays du mondes ou la connaissance des objets et de leur utilité représente un savoir général pour lequel le contexte de mémorisation a peu d'importance. Bien que ce savoir ait initialement été un savoir épisodique, il s'est transformé en savoir sémantique puisque le contexte de mémorisation temporel et spatial a été oublié. Ce type de connaissances appartient à la mémoire sémantique qui nous permet de facilement énoncer des noms de fleurs, ou donner le mot qui correspond à telle définition.
    • La mémoire implicite : en même temps que ces éléments de la mémoire "explicite", qui correspondent à une recherche volontaire et consciente de l'information mémorisée, il existe également un mode automatique pour récupérer les données stockées. Dans ce cas, des mécanismes de la mémoire "implicite" sont sollicités, qui regroupent par exemple tous les savoir-faire tels que comment jouer au piano, faire du vélo, conduire, etc. Ce sont des choses que nous faisons automatiquement, mais qui malgré tout font appel à des connaissances que nous avons accumulées dans notre mémoire procédurale (savoir que positionner ses mains de telle façon va rendre tel son sur le piano ou qu'appuer sur telle pédale va faire ralentir la voiture).